Rechercher dans ce blog

samedi 13 janvier 2018

Les limbes de ton esprit (tome 1: L'Emeraude de Lucifer) de Laetitia Reynders

Résultat de recherche d'images pour "les limbes de ton esprit"


Un thriller fantastique, ça vous tente ?

Depuis qu'elle est toute petite, Laurie a un don: grâce à des objets, elle peut retrouver la trace de leur propriétaire disparu disparue. C'est un pouvoir qui est très précieux pour les forces de l'ordre. Un jour, la jeune fille touche par mégarde l'arme de service de son ami l'inspecteur Urbis, elle est alors traversée par une multitudes de visions. Elle comprend alors qu'elle n'aurait jamais dû voir tous ces secrets et que son don peut-être une source de problèmes dont elle se serait bien passé. C'est ainsi qu'elle se retrouve embarquée dans une spirale terrifiante qui la condamnera à subir des révélations affreuses sur son entourage mais surtout sur elle-même.

C'est dans un tout autre genre que je retrouve avec grand plaisir la plume de Laetitia Reynders. Après avoir eu un gros, que dis-je, un ENORME coup de cœur pour sa trilogie La gardienne du miroir, je me devais de suivre cette nouvelle aventure au goût de mystères, où les secrets font loi.

C'est une histoire qui m'a beaucoup plu pour sa richesse. Il y a beaucoup de personnages, choses qui m'effraie d'habitude parce que je me perd sur l'identité et les fonctions de chacun. Ici, je n'ai ABSOLUMENT pas ressenti ça. L'auteure amène un par un et doucement chaque personnages. Ce qu'il me plait c'est que nous découvrons chacun des personnages au rythme de l’enquête. C'est à dire que nous ne sommes pas submergés par un trop gros flux d'informations que nous devons retenir sur un laps minime de temps pour continuer à suivre l'action. Ce qui est, déjà, un bon point ! Ces personnages, diverses et variés, gravitent autour de Laurie dans un mystère absolu. C'est une sorte de délicieux brouillard qui plane sur une atmosphère sensible et lourde de mystères (oui, ce mot "mystère" sera mon préféré pour ce roman !).

Le personnage qui m'a le plus plu, vous pourrez le comprendre, c'est Laurie, le personnage principal. Parce qu'avec une description de l'histoire telle que je vous l'ai faite, vous devez vous dire que c'est une petite biche qui est perdue au milieu de tout ça: qui est peut-être manipulable à souhait. Eh beh non ! Nous avons ici un personnage féminin qui me plaît parce qu'elle sait ce qu'elle veut. Elle mène sa vie comme elle le désir, et elle seule. Ce qui m'a le plus marqué c'est qu'elle a une sexualité tout a fait libérée, elle couche avec qui elle veut et quand elle veut. C'est le genre de personne qui préfère s'amuser que de se morfondre enfermée dans une routine de couple. C'est une femme de terrain, voire une femme de pouvoir ! C'est ainsi que dans le personnage de Laurie je retrouve un message un peu féministe de la part de l'auteure. D'ailleurs, les petites phrases en chaque début de chapitre témoignent cette envie (je pense) pour Laetitia Reynders de dire que ce n'est pas parce qu'une femme prend plaisir à aller s'amuser avec des garçons que ça en fait une fille facile. Qu'une femme peut mener sa vie comme elle l'entend sans dépendre d'un homme pour autant. Elle sait se débrouiller toute seule. Et, d'un côté, je trouve ça existant de voir tous ces mâles graviter autour d'elle pour quémander une attention de plus que les autres. Pour les fans d'écriture érotique, vous serez servis (ah ça, je peux vous le confirmer !)

Ce que j'ai adoré aussi dans cette histoire c'est l’enquête qui est mis en place (c'est un thriller, ne l'oublions pas). Tout comme les personnages, les indices se mettent en place petit à petit et viennent brouiller les pistes et contrecarrer les plans des personnages. Lorsqu'il y en a un qui se révèle, un autre vient le détrôner et le contredire. Telle une enquête de Hercules Poirot, nous sommes complètements perdus faces aux événements et au profils de chacun. Tout et n'importe quoi peut faire sens dans l’enquête et tout le monde et n'importe qui peut être le coupable. C'est absolument fascinant la façon dont l'auteure a réussit à tout monter. J'ai, bizarrement, appréciée d'être perdue. Bien sûr, je faisais mes petits paris à moi même sur l'identité du coupable et sur ses motivations. Je peux pour dire que j'étais loin, mais alors très loin du compte. C'est un labyrinthe que j'ai adoré explorer.

Enfin, je retrouve avec grand plaisir sur côté fantastique que j'avais beaucoup apprécié avec La gardienne du miroir. Incorporer de la magie, du surnaturel dans cette enquête policière est rafraîchissante. On est un peu coupé du côté terre à terre du thriller. Je trouve que ça met un peu de magie, de poésie dans cette histoire parfois difficile et brute. Rajoutez à cela un Lucifer super sexy et, hop, je suis conquise ! Et c'est sans être perdus que nous découvrons un autre mystère en parallèle. Un secret perdu dans les limbes.

Encore une fois, j'ai été envoutée. Il n'y a pas d'autres mots. Ce qu'écrit Laetitia Reynders est tout simplement de la magie à l'état pure.
Je vais attendre le deuxième tome avec grand plaisir et je ne manquerais pas de vous en reparler très vite, chers lecteurs. En attendant, j'espère vous avoir donné envie de découvrir cette histoire ou cette auteure. Elle est polyvalente, il y en a pour tous les goûts, croyez moi.

Je vous fais des bisous et à bientôt !  





YouTube: Shape Fleur
Facebook: Shape Fleur
Twitter: Shape_x
Instagram: Shape190
Gmail: shape.flowers@gmail.com
Babelio: ShapeFleur
Livraddict: Shape Fleur
BookWeather: Shape Fleur
Book Node: Shape Fleur
Goodreads: Shape Fleur

dimanche 24 décembre 2017

Saga Phobos de Victor Dixen

Un speed-dating dans l'espace sur un fond de complot politique pour la gloire et le pouvoir, entrons dans Phobos.



Résultat de recherche d'images pour "phobos victor dixen"


Six filles et six garçons venus des quatre coins du monde sont sélctionnés pour participer à une émission de télé-réalité. Le principe est très simple, ces douze personnes vont être envoyé dans l'espace afin de réaliser un speed-dating qui a pour but ultime de créer des couples qui habiterons sur la planète Mars afin de créer une toute nouvelle société. Cette émission va rencontrer un réel succès auprès de la Terre entière. Tous les soirs des milliard de personnes vont se scotcher devant leur télévision afin de suivre les aventures du jour des pionniers de l'espace. Mais ce qu'on ne leur dit pas, bien évidemment, c'est tout ce qu'il se passe dans les coulisses de cette émission. Madame McBee maîtrise et manipule tout et tout le monde d'une main de maître et de fer. Ces candidats n'ont pas été sélectionnés par hasard, ils portent en eux un secret qui leur est propre sur leur vie passée ou sur des expériences personnelles. Vous l'aurez compris que ce genre de personnes peuvent vendre l'émission et ameuter les foules parce qu'on est sûr qu'il va toujours se passer quelque chose.

En effet, tout au long des quatre tomes, nous ne sommes pas déçu, il se passe toujours quelque chose, toujours un élément de dernière minute qui va changer le cour de l'action voire l'histoire entière. On bascule très vite dans des extrêmes ainsi que dans des situations dangereuses et ambiguë. Ce qui, pour moi, mérite un bon point mais après avoir vu plusieurs avis sur la blogo, c'est un avis qui reste très personnel et qui peut ne pas être au goût de tout le monde. Bref.

A vrai dire, si j'ai décidé d'écrire un article aujourd'hui sur cette saga, ce n'est pas parce que Victor Dixen est un de mes auteurs préféré et que je suis totalement folle de sa façon d'écrire et de ses idées qui m'étonnent à chaque livres. Non, en fait, j'avais envie de vous décrire ce livre d'un point de vue tout à fait … pervers. Aie aie aie, je viens de perdre des lecteurs je le sais. Mais il faut bien en parler, non ? AH MAIS NON ! Pas pervers dans le sens là.
Ce qui m'a tout à fait révolté dans cette histoire ce sont tous ces sponsors et tous ces téléspectateurs qui suivent de très près cette émission. Je n'ai pas pu m'empêcher de faire une rétrospective par rapport à notre société à nous ! Bon, je dois bien avouer que je ne suis pas une grande fan de télé-réalité. Les anges, les marseillais, les chtis ou je ne sais qui encore, ce n'est pas tellement mon délire. Mais, je peux comprendre que beaucoup de personnes aiment ces émissions parce que, je pense, qu'on doit se sentir rassurer de voir ce genre de personne. Mais je suis n train de m'égarer et je me rend compte que j'entrer dans un débat qui me dépasse complètement. Revenons à Phobos.

J'ai donc été dégoûtée (et je pèse mes mots) par le fait que tout le monde autour de cette émission lèche les pieds des pionniers de l'espace alors qu'ils sont quand même en train de risquer leur vie pour coloniser Mars, ce n'est pas rien. Et eux, les sponsors ou je ne sais pas quoi encore font du chiffre sur le dos de ces pauvres jeunes. (On entre encore dans un débat qui a fait feu il n'y a pas longtemps dans la blogo tiens …)
Dans cette optique là, j'ai trouvé que le tome 4 dans sa mise en page (en mode plateforme vidéo), illustrait bien ces commentaires dégueulasses de personnes qui se permettent de juger des gens sans les connaître cachés derrière leur écran. Et ça c'est encore un méga bon point.

Finalement, notez que j'ai adoré cette histoire. J'ai pleuré, j'ai ris, j'ai pleuré encore. Mais ce qui me marque le plus dans cette saga c'est ce côté miroir de notre société avec cet effet pervers de vouloir toujours tout savoir sur les « stars » et de vouloir donner son avis à tout pris sur quelque chose (ou quelqu'un) que nous ne connaissons pas. Ca, les amis, ça s'approche du harcèlement. ET JE DETESTE CA !

Je vous conseille quand même fortement cette histoire parce qu'au delà de tout ce que je vous expose ici. On retrouve de très belles histoires d'amour et d'amitié. Cette saga tien un rythme vraiment dynamique et m'a apporté beaucoup d'émotions. Pour être honnête je suis vraiment passée par tous les stades possibles.
Surtout quand je me suis rendue compte que je ne valais pas mieux que les téléspectateurs du show puisque moi aussi je ressentais un besoin pervers de savoir ce qu'il allait se passer avec ces personnages. Je n'ai pas réclamé de tome 4 mais j'ai été sacrément contente d'avoir une suite. Mais, je ressentais une sorte de culpabilité coupable à attendre avec impatience de savoir la suite des événements. On pourrait partir sur un débat philosophique, sur une rétrospective de nous même. Je garde le plus important, j'ai passé un excellent moment de lecture. Et j'espère, poru ceux qui n'ont pas encore lu cette histoire, que vous serez dans le même état que moi !



YouTube: Shape Fleur
Facebook: Shape Fleur
Twitter: Shape_x
Instagram: Shape190
Gmail: shape.flowers@gmail.com
Babelio: ShapeFleur
Livraddict: Shape Fleur
BookWeather: Shape Fleur
Book Node: Shape Fleur
Goodreads: Shape Fleur



vendredi 8 septembre 2017

Les Forêts d'Acora (tome 1: Au-delà des étoiles) de Thomas Clearlake

Et si la science-fiction et la fantasy fusionnaient pour s’accorder dans une histoire.



« Dans un futur très lointain, à des milliards de cycles-lumière de notre galaxie…

De mystérieux objets célestes viennent de s’écraser sur une planète du nom d’Acora.
Sous le sceau de l’Alliance universelle secrète, trois agents y sont envoyés en mission. Leur objectif : entrer en contact avec un ordre siégeant au sein d’un cité-monastère perdue dans les montages.
Les rudes conditions du protocole autarcique en vigueur sur cette planète vont rendre le voyage des plus périlleux.
Des profondes forêts jusqu’aux vallées de glace, en passant par les déserts, les trois émissaires vont être mis à l’épreuve malgré eux.
Mais ils ne sont pas les seuls à chercher à rejoindre la cité-monastère. La plus terrible des menaces qu’ait connu l’Univers les poursuit dans l’ombre… »



Dès les premières lignes, nous sommes directement plongés dans l’univers totalement inventé par l’auteur. Nous n’avons pas le temps de nous poser de question sur le genre que nous allons commencer ; on le sait tout de suite. Par cet univers, j’ai été complètement déstabilisée et surtout déconnectée de la réalité. Il y a une certaine originalité qui peut surprendre, voire déranger certains lecteurs. Pour ma part,  ce style très direct m’a beaucoup plu et je l’ai même trouvé rafraichissant dans un sens.
Mais, je peux comprendre qu’il puisse déstabiliser certaines personnes, notamment celles qui ne sont pas habitués à lire ce genre d’histoires.

Il s’agit ici d’un tome qui est destiné à lancer l’histoire, à mettre en place les choses, il y a donc beaucoup de descriptions et beaucoup de nouvelles informations qui nous arrivent d’un coup. Même si nous avons un lexique (fait à la perfection avec tous les détails historiques et une carte en couleur), ce trop plein de détails, de nouveaux mots, de nouveaux endroits, de nouveaux noms dans une langue inconnue peuvent déranger et faire peur sur les premières pages. Mais une fois que nous sommes habitués à lire ce genre de mots, la lecture se fait toute seule. Bien sûr, je trouve quelques phases de descriptions un peu longues, mais je me dis qu’elles sont nécessaires à ce premier tome afin de plonger entièrement le lecteur dans l’univers que l’auteur a inventé de A à Z.

            Si j’ai trouvé que certaines descriptions étaient trop longues, certaines actions me paressaient un peu trop rapides. Nous suivons donc trois personnages qui passent d’une terre à une autre et qui rencontrent toutes sortes de créatures sur leur route. Ces phases de rencontre me paraissent rapides. A peine le temps de comprendre qui est qui, où, quoi et comment, que les personnages ont déjà changé de lieux et passent à la quête suivante. Oui parce qu’à chaque fois que nos héros vont quelque part, un nouveau secret se révèle et une nouvelle quête commence. C’est ce qui fait que l’on ne s’ennuie pas dans ce tome finalement, parce que nous bougeons tout le temps et il se passe toujours de nouvelles choses. Nous ne restons pas sur une seule intrigue, une seule quête, et ça, c’est un très bon point ! Mais je trouve que sur certaines rencontres, il aurait fallu prendre un peu plus de temps … Je suis consciente de me contredire toute seule en vous disant au début que c’était trop long, puis trop court, puis trop rapide … Mais c’est mon ressenti.

            Il y a un an, lors de ma première lecture de cette histoire, je ne l’avais pas autant apprécié que maintenant. Peut être parce que la version e-book ne me plaisait pas du tout. En effet, si je peux vous donner un conseil c’est de l’acheter en version papier parce que vous allez devoir très souvent vous référencer au lexique qui se trouve à la fin du livre et en version numérique, c’est beaucoup moins pratique de passer d’une première à une dernière page.

En tout cas, j’ai beaucoup apprécié le relire et de voir les quelques changements que l’auteur a pu faire par rapport à l’année dernière. Pour être honnête, je ne lis pas souvent de ce genre là et ça m’a fait du bien de m’y replonger et de voir autre chose ! Je ne conseillerai pas ce livre à des novices du genre, mais pour ceux qui ADORENT le space-opéra, foncez, c’est une histoire pour vous !



YouTube: Shape Fleur
Facebook: Shape Fleur
Twitter: Shape_x
Instagram: Shape190
Gmail: shape.flowers@gmail.com
Babelio: ShapeFleur
Livraddict: Shape Fleur
BookWeather: Shape Fleur
Book Node: Shape Fleur
Goodreads: Shape Fleur

jeudi 27 juillet 2017

Accords Hommes et Vins, quand le vin nous rend meilleurs de Azélina Jaboulet-Vercherre

« Le vin s’accorde avant tout avec celui qui le boit » Avant Propos, p.7


Les Editions Féret m’ont gentiment contacté afin que je lise ce livre très sympathique dont je vais vous parler aujourd’hui. Avant toute chose, il faut savoir que cette maison d’édition, basée à Bordeaux, existe depuis 1812. Il s’agit d’une entreprise familiale où les secrets, la gestion sont repris de père en fils depuis le 19e siècle (balaise hein !) 
C’est une maison d’édition qui est très attaché à leur patrimoine, à leur région. Ils sont spécialisés dans le vin, la gastronomie et dans le tourisme.
Si vous voulez en savoir un peu plus sur cette entreprise familiale et très sympathique, je vous laisse aller jeter un petit coup d’œil à leur site officiel: http://www.feret.com/

"Dégustez les meilleurs vins avec les personnes que vous préférez. Vous remplacez alors l’épate par l’extase : elle convient mieux à Monseigneur le Vin. Notre élan est d’honorer sa longévité, son authenticité. Rendons hommage à son plus grand talent : renforcer notre désir d’aimer, toujours plus et mieux, ce(ux) que l’on choisit. 

Le propos de ce lexique parodique est de souligner faiblesses et qualités humaines pour mieux mettre en avant la grandeur du vin. En recherchant des familles de correspondances dont vous trouverez quelques déclinaisons au fil des pages, nous prenons conscience que nous sommes peu de chose, et si le vin n’était pas là, nous serions encore plus petites et beaucoup moins joyeux. 

Accueillons et découvrons le secret qu’Azélina nous dévoile : comment obtenir le meilleur « accord homme-vin »."

Et s’il suffisait d’une bonne bouteille de vin et d’un ami pour passer une bonne soirée ? C’est peut être bête et naïf de le dire de cette façon, pourtant ça n’a jamais été aussi vrai qu’aujourd’hui. Le stresse du quotidien, les enfants, le chat, le boulot, on ne trouve plus le temps de boire un verre en bonne compagnie ! Mais la grande question c’est quel vin boire avec quel ami ? C’est avec beaucoup d’humour qu’Azélina Jaboulet-Vercherre nous donne quelques conseils dans son livre « Accords Hommes et Vins ».

L’auteure a une façon très surprenante d’arranger les vins et les gens entre eux. En effet, elle joue sur les stéréotypes dans un langage soutenue ce qui donne un effet de guide de survie de la bouteille et de l’ami. C’est en analysant psychologiquement les différentes sortes de personnes qu’Azélina a réussit à y associer une personne. Parce que boire un verre de vin avec quelqu’un est un moment de partage entre plusieurs personnes. Attention, on peut passer un bon moment sans forcément se mettre la tête à l’envers (si vous voyez ce que je veux dire …) mais il suffit juste de se laisser enivrer, envelopper dans une brume réconfortante dans la saveur d’un bon vin. 

Les chapitres sont découpés entre les différents styles de personnes qui peuvent nous entourer. Ce que j’ai trouvé très intéressant c’est qu’à chaque fois il y a une proposition de vin avec une petite description des effets qu’il aura sur la personne mais toujours fait d’une manière amusée et amusante. C’est à ce moment que l’on voit que l’auteure a fait de réelles recherches en œnologie, en histoire et en psychologie. Je le rappel, ce n’est pas parce que c’est de l’humour que c’est forcément faux ! 

Je vous recommande ce livre si vous avez envie de passer un bon moment. N’ayez pas peur de tous ces noms de vins. Je pense que ceux qui s’y connaissent trouveront un certain plaisir à reconnaître les différentes boissons. Pour ceux qui choisissent le vin au supermarché par rapport à la couleur de l’étiquette, cela vous permettra d’avoir quelques petits conseils sur la prochaine bouteille que vous pourrez acheter !

Si vous voulez commander ce livre, les éditions Feret vous offre un coupon de réduction qui vous permet d'avoir la livraison gratuite ! Dépechez vous, ceci est valable que jusqu'au 30/09/2017 !
Code: shapefleur_x_feret
-------------------------------------------------------------------------

YouTube: Shape Fleur
Facebook: Shape Fleur
Twitter: Shape_x
Instagram: Shape190
Gmail: shape.flowers@gmail.com
Babelio: ShapeFleur
Livraddict: Shape Fleur
BookWeather: Shape Fleur
Book Node: Shape Fleur
Goodreads: Shape Fleur

lundi 3 juillet 2017

Quick Change de Théo Kosma

Quick Change ou comment un tour de magie peut être utile en dehors d’une scène.

Attention, cette lecture, et donc cet avis, est réservé à un public majeur, responsable et averti.  




Avant de commencer à vous parler de cette histoire, je tiens à vous dire que c’est la première fois que je lis ce genre de littérature, comme beaucoup de personne j’avais beaucoup d’appréhensions. Finalement, je remercie Théo Kosma de m’avoir contacté pour lire l’une de ses histoires, parce que ça a été le moment, pour moi, sauter le pas. Et pour être honnête, je n’ai pas été déçue.

Nous suivons l’histoire de Léa, une adolescente qui étudie la prestidigitation avec beaucoup de passion. Depuis qu’elle est toute petite, elle s’entraîne à manier cartes et autres objets issus du monde de l’illusion.
En même temps, avec l’adolescence, elle se découvre une autre passion : le sexe. Léa aime qu’on lui fasse plaisir et elle aime surprendre ses partenaires. Quoi de mieux pour cela que la prestidigitation ? Le problème, c’est qu’il y a toujours un risque qu’elle se fasse surprendre par ses parents ou ceux e ses partenaires lors d’une partie de jambes en l’air. Elle va alors apprendre le tour du « Quick Change ». Ce tour consiste à s’habiller, se déshabiller ou de passer d’un vêtement à un autre à une vitesse fulgurante. N’est-ce pas un tour super pratique si quelqu'un décide de rentrer à la maison à l’improviste ?

Ce qu’il m'a beaucoup plus dans cette histoire c’est que ce n’est pas juste une histoire de sexe. Quand Léa décide d’apprendre ce tour, son professeur lui répond que c’est difficile, qu’elle n’y arrivera pas, que c’est beaucoup beaucoup d’entraînements. Pendant une bonne partie du livre, on voit Léa qui s’entraîne sans relâche pour que son tour soit parfait. Et malgré le fait qu’elle admire les illusionnistes qui sont en majorité des hommes, elle veut aussi briller sur la scène et que ça soit un homme qui lui sert d’assistant, par exemple. Il y a un réel message sur la femme qui est passé dans cette histoire : la persévérance, l’égalité, … Et même au niveau sexuel, vous verrez un moment dans cette histoire où Léa discute de sexe avec ses copines et elle se rend compte qu’elle n’a pas les mêmes pratiques qu’elles mais elle explique pourquoi. C’est un point fort qui m’a vraiment frappé et qui m’a beaucoup plus dans cette histoire.

Au niveau de l’écriture, nous parlons bien de sexe sans détour, avec liberté mais pas avec vulgarité. Bien sur, le personnage principal a un caractère assez fort et ne passe pas par quatre chemins pour parler de ses envies et de ses expériences. Mais à aucun moment les propos dévoilés dans cette histoire ne m’ont choqué ! Au contraire, parfois, ça rajoute une petite note d’humour qui dédramatise certains messages.


C’était vraiment une histoire très agréable à lire. Il y a une certaine légèreté qui plane et je dois bien avouer que ça fait du bien. J’ai pensé un très bon moment dans cette lecture. Merci, encore une fois, à l’auteur de m’avoir permis de le lire.

Vous pouvez retrouver l'auteur sur son site: http://plume-interdite.com/ 
Ainsi que sur Amazon: https://www.amazon.fr/Th%C3%A9o-Kosma/e/B00J24BSXI
Surtout qu'il offre une nouvelle érotique à tout nouveau visiteur ! 

YouTube: Shape Fleur
Facebook: Shape Fleur
Twitter: Shape_x
Instagram: Shape190
Gmail: shape.flowers@gmail.com
Babelio: ShapeFleur
Livraddict: Shape Fleur
BookWeather: Shape Fleur
Book Node: Shape Fleur
Goodreads: Shape Fleur

mardi 27 juin 2017

Illusions et confusion, mères de la déconvenue de Donnet Sisa Nzenzo

Entrons au cœur d’un combat pour la liberté.



Donnet Sisa Nzenzo nous offre des nouvelles qui nous font voyager au cœur de la réalité africaine.
Au sorti de la guerre, la population mène une véritable bataille contre l’oppresseur afin de faire valoir leurs droits et de permettre une vie meilleure à leurs enfants. C’est avec une écriture pleine de sentiments que nous assistons à l’horreur des combats pour la liberté. Combats qui laissent des familles déchirées et des orphelins derrière eux.

L’auteur nous montre plusieurs facettes de ces combats. Au milieu des manifestations, il y a les personnages de Judith et Prévient qui nous montre comment les familles vivent au quotidien la guerre, les manifestations dans les rues et surtout les conséquences de toutes ces actions. C’est aussi le combat des médecins qui font ce qu’ils peuvent avec ce qu’ils ont (c'est-à-dire pas grand-chose) et qui assistent impuissants à toutes ces horreurs. Comme de véritables héros, ils essaient de faire face à la maladie et aux dizaines de combattants qui arrivent tous les jours blessés à l’hôpital.

Au milieu de toutes ces personnes il y a la partie « supérieure » dans la hiérarchie. Et même ces personnes n’arrivent pas à se mettre d’accord entre eux sur la démarche à suivre et les décisions à prendre. Du coup, c’est le chaos partout dans les rues, dans les établissements, … Finalement, tout le monde se perd dans tous ces problèmes.


Ces petites nouvelles nous prennent littéralement au cœur. On y retrouve beaucoup de sentiment et en même temps une réalité qui nous foudroie dans notre lecture. J’aurai seulement aimé que ces nouvelles donnent lieux à un peu plus de détails, j’aurai aimé en savoir plus sur ces personnages. Nous nous attachons tellement vite à eux que nous sommes presque frustrés de ne pas en savoir un peu plus.

--------------------------------------------------------------------------

YouTube: Shape Fleur
Facebook: Shape Fleur
Twitter: Shape_x
Instagram: Shape190
Gmail: shape.flowers@gmail.com
Babelio: ShapeFleur
Livraddict: Shape Fleur
BookWeather: Shape Fleur
Book Node: Shape Fleur
Goodreads: Shape Fleur

vendredi 23 juin 2017

Il est de retour de Timur Vermes

Quand l’homme le plus détesté du monde revient à la vie.



« Berlin, 2011. Soixante-six ans après sa disparition, Hitler se réveille dans un terrain vague de Berlin. Et il n’est pas content : comment, plus personne ne fait le salut nazi ? L’Allemagne ne rayonne plus sur l’Europe ? Depuis quand tous ces Turcs ont-ils pignon sur rue ? Et, surtout, c’est une FEMME qui dirige le pays ? Il est temps d’agir. Le Führer est de retour et va remettre le pays dans le droit chemin. Et pour cela, il lui faut une tribune. Ca tombe bien, une équipe de télé est tout prête à lui en fournir une. La machine médiatique s’emballe, et bientôt le pays ne parle que de ça. Pensez-vous, cet homme ne dit pas que des âneries ! En voilà un au moins qui ne mâche pas ses mots. Et ça fait du bien, en ces temps de crise … »

Le dictateur allemand, Hitler, se réveille au milieu de gosses qui jouent au foot sur un terrain vague. Pas de salut nazi, pas de « Führer, pouvons-nous vous aider ? » mais plutôt « ça va m’sieur ? ». En essayant de comprendre ce qu’il cloche, Hitler rencontre un magazinier qui le prend pour un acteur, un sosie impeccable de l’ancien dictateur. Un peu perdu dans ce 21e siècle, Hitler ne perd pas le nord et veut faire entendre sa voix, son opinion. Les médias s’emparent vite du phénomène et cela prend une ampleur considérable.

Ce qui est drôle dans cette situation c’est qu’Hitler reste le même qu’en 1945, même façon de parler, de s’habiller, de se tenir. A aucun moment il ne décide de changer afin de se fondre dans la masse de ces personnes d’un autre siècle. C’est ce trait qui créer tout l’humour de cette histoire. Surtout que personne ne sait que c’est le vrai (de vrai) Hitler, ressuscité ! Tout le monde est plutôt ébahit par cette copie conforme et ils s'en amusent. Voire applaudissent cette magnifique ressemblance.

Il faut quand même avoir une certaine connaissance de ce personnage et la situation dans les années 40 car il y a beaucoup de choses sur cela et pour une personne qui ne s’y connaît pas plus que ça, cela risque de le perdre et ça serai fort dommage. Ce qui m’a aussi un peu dérangée dans ma lecture c’est, qu’au début, toutes ces longues tirades d’Hitler racontant ses partenaires et la situation me plaisaient bien, mais au bout d’un moment, je dois avouer que je me suis lassée des explications du passé et j’avais envie d’avancer…


C’est quand même une histoire qui a un message fort a faire passer. On y découvre toute la force des médias et leur influence sur toutes personnes ayant quelque chose à dire. Je vous conseil quand même de lire cette histoire ne serai-ce que pour vous rendre compte de cette force de pouvoir que l’on tien entre nos mains, qui nous manipulent et que nous manipulons. 

------------------------------------------------------------------------------------

YouTube: Shape Fleur
Facebook: Shape Fleur
Twitter: Shape_x
Instagram: Shape190
Gmail: shape.flowers@gmail.com
Babelio: ShapeFleur
Livraddict: Shape Fleur
BookWeather: Shape Fleur
Book Node: Shape Fleur
Goodreads: Shape Fleur

lundi 19 juin 2017

Témoin muet de Agatha Christie

Lorsqu’une vieille femme meurt laissant toute sa fortune à sa bonne, forcément, les neveux et nièces ne sont pas contents.


« Charles ? Un mauvais sujet. Thérèse ? Trop maquillée pour être honnête. Bella ? Une idiote ; d’ailleurs elle épousé un Grec… Impardonnable. Bref, ni le neveu ni les nièces de Miss Arundell ne trouvent grâce à ses yeux. Dommage ! Ils auraient tellement besoin de son soutien… financier, s’entend. La vieille demoiselle roule sur l’or. Et elle dépense si peu… C’est bien normal à son âge…
Alors puisqu’ils doivent hériter de toute façon, pourquoi ne leur consentirait-elle pas une petite avance ? Son obstination à refuser est ridicule. Dangereuse, même. La tentation de l’aider à quitter ce monde pourrait devenir trop forte… »

Le très célèbre enquêteur Hercules Poirot et son assistant reçoivent à leur cabinet une lettre très simple et peu convaincante de Miss Arundell. Celle-ci leur demande d’enquêter sur sa propre famille, la vieille femme à des soupçons. Le problème c’est que la lettre est datée d’il y a plus de deux mois. Comment se fait-il qu’elle n’arrive seulement entre les mains d’Hercules Poirot ? Rien que sur ce fait, l’enquêteur n’hésite pas une seule seconde à aller à la rencontre de Miss Arundell. Hélas, elle est déjà morte et à légué toute sa fortune à sa domestique la plus proche (qui ne l’était pas tant que ça en fait …)
En interrogeant tous les proches, Hercules Poirot retrace la mort de la demoiselle qui n’est pas qu’un accident soit disant causée par une longue maladie ou une balle de chien dans les escaliers. Mais qui aurait pu provoquer la mort de Miss Arundell ? Et pourquoi ? Serai-ce une histoire de rivalité, d’argent ?

Ce qu’il me plaît avec les livres d’Agatha Christie c’est que nous essayons de relever les indices, de trouver qui ment ou non mais il y a tellement de choses à penser qu’au final nous nous faisons complètement balader. Tous les indices qui s’accumulent, tous les personnages se mélangent et nous perdent dans cette enquête qui est des plus excitantes !
Pour celui-ci, je me suis juste laissée porter par l’ambiance de l’enquête. Bien sûr, je pensais trouver le coupable à chaque chapitre mais je savais très bien que je me trompais que je ne saurai pas le coupable avant la dernière page. Mais c’est une sensation qui me plaît. Ca veut dire que rien n’est prévisible.


Pour les plus sceptiques, je tiens à dire qu’il y a quand même des rebondissements, des retournements de situations qui font que le récit n’est pas qu’une enquête qui accumule les indices calmement. C’est justement quand on s’y attend le moins qu’il se passe quelque chose, que les indices, les suspects, les personnages prennent d’autres positions et, du coup, ramène notre réflexion à zéro. Oui, c’est assez frustrant des fois. Juste au moment où on se dit « AH ! Ca y est, c’est tel ou tel personnage qui a fait le coup », eh bah non … Je ne vous spoil pas chers lecteurs, mais j’aimerai faire comprendre à quel point ce genre d’histoire est prenante. 

----------------------------------------------------------------------------------

 YouTube: Shape Fleur
Facebook: Shape Fleur
Twitter: Shape_x
Instagram: Shape190
Gmail: shape.flowers@gmail.com
Babelio: ShapeFleur
Livraddict: Shape Fleur
BookWeather: Shape Fleur
Book Node: Shape Fleur
Goodreads: Shape Fleur

samedi 3 juin 2017

Syndrome O de Bénédicte Vidor-Pierre

Et si nous discutions avec des singes ?



« Primatologue, Ben entretient une relation très particulière avec les grands singes qui occupent le zoo où elle travaille.
Malgré son asociabilité, elle est liée avec la fêtarde et libertine Châle, et Marie-Céline, un peu cruche mais attachante.
Le quotidien de ces trois femmes s’enracine, au fur et à mesure, au cœur de la frontière entre l’Homme et l’animal qui s’avère de plus en plus trouble. »

Nous suivons l’histoire de Ben, une brillante primatologue qui entretient un lien très particulier avec ses singes. En effet, elle leur apprend le langage des signes pour pouvoir communiquer avec eux, ce qui lui permet de mieux les comprendre et de mieux les étudier. Elle se rend compte que les singes se comportent comme des Hommes, ont des sentiments et surtout une âme. Tout au long du livre, Ben se battra pour faire comprendre à a terre entière que les singes sont plus proches que les hommes que l’on peut le penser. Tout au long du livre, la primatologue démontrera de manière scientifique et même philosophique ses dires.

C’est un combat difficile pour Ben même pour ses amies : Châle et Marie-Cé, qui sont respectivement sorties de Sex and the city et La vie est un long fleuve tranquille. Elles ont beaucoup de difficulté à comprendre pourquoi Ben préfère passer du temps avec ses singes au lieu de passer du temps avec des humains et plus spécialement avec un garçon. Surtout depuis que Milka, un singe avec qui Ben a presque grandit, a donné naissance à un petit bébé, Koko. Ben s’en occupe comme son propre fils, ce qui l’a coupe encore plus des humains.

Ce qui est étrange dans cette histoire c’est que tout le monde veut forcer Ben à rester avec des humains, on lui fait des réflexions tout au long du livre sur sa manière de s’habiller avec qu’elle n’en a rien à faire puisqu’elle se sent bien avec les singes et que eux, au moins, ne la juge pas sur sa façon de s’habiller mais bien avec ce qu’elle a dans le cœur. De toute façon, même quand elle fait des efforts pour être un peu plus sociable avec les autres personnes, elle n’est pas heureuse, alors à quoi bon ?

On dirait qu’il n’existe pas de frontière entre Ben et les singes. Une fois qu’elle leur apprend le langage des signes, ils se comprennent et on de vraies conversations sur les sentiments, ce qui les entoure sans juger pour autant. Et ce qui est très troublant tout au long du livre c’est que lorsque l’on parle d’un singe, on le désigne par son prénom, ce qui abolit toute frontière entre l’homme et l’animal.

J’ai bien aimé cette histoire, elle est très touchante et m’a fait beaucoup réfléchir sur certains aspects de notre société, comme par exemple, pourquoi s’obliger à rentrer dans le moule alors qu’on ne s’y sent pas à l’aise ?

Tout comme dans « Porte de sortie », j’aime beaucoup l’écriture de l’auteure, Bénédicte Vidor-Pierre, c’est très simple, elle ne passe pas par trente chemins pour dire les choses et c’est une écriture qui se lit tout. On se laisse totalement bercer par le choix de chaque mot qu’elle a pu faire. C’est très agréable.

----------------------------------------------------------------------

YouTube: Shape Fleur
Facebook: Shape Fleur
Twitter: Shape_x
Instagram: Shape190
Gmail: shape.flowers@gmail.com
Babelio: ShapeFleur
Livraddict: Shape Fleur
BookWeather: Shape Fleur
Book Node: Shape Fleur
Goodreads: Shape Fleur