Rechercher dans ce blog

dimanche 15 février 2015

Un long dimanche de fiançailles de Sébastien Japrisot

Coucou les amis !
Ca faisait un petit moment que je n’avais pas écris … Mais, je reviens en force avec mon avis sur « Un long dimanche de fiançailles » de Sébastien Japrisot.




« Hiver 1917. Cinq hommes avancent dans le secteur Bingo Crépuscule. Un no man’s land de neige souillée, entre les tranchées. Ils ont les bras liés dans le dos, il fait nuit, il fait froid et ils vont au-devant de la mort. Condamnés par l’imbécillité martiale des temps de guerre, précipités sans défense sous le feu ennemi, cinq hommes qui durant une nuit et un jour vont tenter de survivre. Parmi eux, le Bleuet, vingt ans à peine. Plus tard, la paix enfin revenue, Mathilde veut connaître la vérité. Elle aimait le Bleuet et va tout faire pour le retrouver. Vivant ou mort, qu’importe. Elle y sacrifiera sa jeunesse tout au long des années folles qui ont couvert la boucherie mondiale d’un voile trompeur. »

J’ai été choquée dans ces pages par deux points : déjà, l’histoire d’amour de Mathilde et du Bleuet (Manech). Ensuite, par la barbarie de la première guerre mondiale.

Mathilde m’a fait beaucoup de peine. Elle m’a touché, en fait, car elle veut absolument savoir ce qui est arrivé à son fiancé dans cette tranchée et elle fera tout pour comprendre. D’une histoire d’amour, nous nous retrouvons au cœur d’une enquête. Petit à petit, Mathilde va récupérer des indices importants sur cette fameuse journée 1917 et elle va rencontrer des personnes qui étaient plus ou moins proches des autres condamnés.
Tous lui disent d’arrêter ses recherches, que ça lui fait plus de mal qu’autre chose et que de toute façon c’est trop tard. Mais elle ne se laissera pas démonter par ces gens là. Elle ira jusqu’au bout de sa recherche.

En plus de cette histoire d’amour perdue, on se retrouve dans un contexte de guerre. Sans trop s’en rendre compte (parce qu’on est absorbé par l’histoire de Mathilde et Manech), l’auteur nous met des images dans la tête des tranchées, des conditions de vies des soldats. Et aussi (et surtout), on nous met face à une autorité supérieure qui n’est pas jolie, jolie !
Donc, au final, on s’imagine le pire des scénarios pour Manech …


Sébastien Japrisot est très fort dans sa façon d’écrire. Il n’utilise pas de phrases, de mots, trop compliqués et il n’y va pas par quatre chemins pour nous plonger dans l’histoire, pour nous mettre à la place des condamnés ou de Mathilde. 

--------------------------------------------------
Avez-vous lu ce livre ? Avez-vous vu le film  ?

On se retrouve aussi sur les réseaux sociaux:
Facebook: Shape F. Book
Twitter: Shape_x
Instagram: Shape190
Gmail: shape.flowers@gmail.com